« Je ne suis qu’un géniteur et une nationalité française »

Cauchemar pour un Annemassien de 64 ans, son mariage est d’un gris sombre

Retraité des travaux publics, Messaoud a cru bien faire en épousant une Algérienne de 30 ans de moins, il a eu deux fils, mais aujourd’hui, le juge en a décidé autrement.

Ses enfants, ils ne les voient qu’une heure tous les quinzes jours, et en plus dans un centre d’accueil spécialisé.

Un cauchemar que Messaoud Adli n’aurait jamais imaginé. Il s’était marié pour le meilleur, mais il a eu le pire.